Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Calendrier
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
13 Abonnés
Visites

 147304 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Nouvelles
rss Ces nouvelles sont disponibles au format standard RSS pour publication sur votre site web:
http://nuitdebout.languedoc-cevennes.info/data/fr-news.xml

compte rendu de la commission Terre Debout - par Bob le 24/05/2016 22:35

Rencontre du groupe Terre debout

Les envies :

Des arbres fruitiers plantés par ci par là. Pas seulement du décoratif !

Des espaces de plantes comestibles partagées.

Créer des jardins thérapeutiques, des jardins pour les personnes âgées.

Partager des graines, des plants, des savoir-faire, du temps ensemble !

Quelques remarques :

-Ne pas se lancer sans informer, sensibiliser. L’école est un bon médiateur pour les enfants. A condition que les enseignants se sentent motivés….

-Se pose la question de l’investissement pour les cultures… cela demande de l’énergie et du temps !

Il existe différentes organisations pour les jardins partagés, avec ou non la présence d’un jardinier payé pour assumer la base du travail. Les adhérents viennent en fonction de leurs possibilités. Avec un minimum de présence tout de même.

Et dans une expérience de jardin partagé, il est important que chacun ne remette pas en cause ce qui a été créé auparavant.

-Important de se rapprocher de ce qui existe déjà ! Le jardin partagé de l’Association Sésame. Le jardin partagé des Olivettes.

-Sans doute c’est différent d’envisager ces projets dans une zone rurale que dans un milieu urbain… donc à creuser.

-Dans la première tentative de promouvoir des plantes comestibles partagées dans Ganges, il y a eu pas mal d’erreurs : en particulier, il faut motiver les gens pour semer et planter eux-mêmes. Cela ne fonctionne pas si on débute cela à la place des gens. L’initiative doit venir de chacun à la base.

-se pose avec le « jardinage » la question de la propriété privée, de l’espace public, de l’espace partagé, de la relation à l’autre… (problème du vandalisme des petites plantations comestibles existant déjà dans les rues de Ganges.)

Les propositions :

  • Prise de contact avec les jardins existants. A Ganges et dans d’autres villages proches.

  • Sensibiliser les gens aux incroyables comestibles de plusieurs façons possibles:

-Créer des prospectus avec des arguments clairs sur l’intérêt des plantes comestibles en ville : 

Embellir – Créer du partage et de la solidarité - Recréer du lien - Protéger les enfants en diminuant les pesticides et herbicides mis dans les espaces urbains - Réinvestir l'espace commun.

-installer un stand d'information au marché avec distribution de ces prospectus.

-Faire circuler des "porteurs de paroles" avec un panneau du genre "remplacer les fleurs par des plantes comestibles partout dan sua ville, qu'est-ce que vous en pensez" afin de créer du dialogue et du questionnement chez les gens.

- Contacter l'association Teuf teuf, et l'équipe de théâtre interactif "salaud de pauvre".

- Sensibiliser le conseil municipal pour que la question des espaces cultivés libres fasse partie de la réflexion pour le réaménagement du centre de Ganges.

  • mettre en place des ateliers de fabrication de pots de plantes à suspendre dans la ville sur un lieu publique, une fois par mois par exemple.

avec des matériaux de récup/terre/graines/fil de fer/matos de déco, pour que chacun reparte et l'accroche à son balcon, devant chez soi, etc....

  • mettre en place une journée d'échange de graines/plants/savoir-faire dans un espace publique de particulier à particulier.

  • Organiser par rue des plantations comestibles. Utopie… à suivre.


nuit debout à GANGES samedi 21 mai à 18 h - par kristofol le 14/05/2016 22:56
une centaine de personnes sont passées à la première Nuit Debout de Ganges , aujourd'hui samedi entre 18 h et 22 h . trés bonne ambiance et aucun incident . Compte rendu et listes des commissions suivront . Prochain rassemblement même lieu , même heure ( devant mairie à 18 h ) samedi 21 mai . et prochaine réu de coordination des ND des Cévennes méridionales ( le Vigan, Aumelas , Brissac ) au même endroit le samedi 11 juin à 18 h . Plus d'infos à venir sur " nuitdebout.languedoc-cevennes.info " . Petit panneau d'infos face aux ordis au bar "le siécle" . Bonne soirée et week-end l

Sur le marché du Vigan : rendez-vous 10h devant la mairie pour partir en "manif de droite" avec costumes, accessoires et slogans strictement conformes. Une façon d'avoir un regard critique sur ceux qui prétendent nous gouverner et nous imposent une vie à l'opposée de nos aspirations.

pour vous inspirer :

http://www.metro-boulot.info/#!Le-mouvement-Nuit-de-bourges-s%C3%A9tend-%C3%A0-toute-la-France/cjds/572b3aeb0cf2a6a4170b03b2

https://www.youtube.com/watch?v=FLp9ZUtBZJg

https://youtu.be/FLp9ZUtBZJg

L'action a eu lieu ce matin dans une ambiance dynamique (une bonne droite, ça réveille) :voir les photos  (un compte-rendu global du weekend sera fait dimanche)

Place de la mairie, devant la médiathèque à Ganges : NuitDebout des gangeoiSEs  à 18h suivie d'une rencontre (vers 20h) des participants des nuitdebout de sud Cévennes (Aumessas, Brissac, Le Vigan, Ganges).  Venez Nombreux


L'appel au peuple, cosigné par les syndicats viganais opposés au projet de loi Travail, la FCPE et NuitDebout, a une nouvelle fois servi de fil conducteur à l'action de sensibilisation menée ce matin sur l'axe routier principal du Vigan, entre parking du supermarché et centre ville.  Faut-il souligner à quel point l'opinion des personnes rencontrées est massivement hostile à la loi El Khomri? Est-il étonnant d'avoir entendu autant de personnes exprimer un profond rejet de la politique antisociale de ce gouvernement ?  Oui car il faut que chacun sache : il ne suffit pas d'être hostile dans sa tête, si nous restons aussi peu (500 000, 1 million) à manifester notre ras-le-bol, non seulement la loi passera, mais nous continuerons à subir régression sur régression.  Déjà se profile la menace de TAFTA...

Il s'agit bien d'un APPEL AU PEUPLE !  Un appel à tout bloquer.  Routiers, transports, dépôts de carburant ou de produits alimentaires, entreprises : un coup de frein massif est indispensable pour stopper le tout libéral et inverser le sens de la pression sociale : c'est la volonté populaire qui doit s'imposer face aux puissances d'argent.

Faisons mentir tous les défaitistes qui disent en baissant les bras : d'accord avec vous, mais ça ne sert à rien, nous n'y arriverons pas.  Tous ces discours réactionnaires et résignés que nous proposons de caricaturer samedi prochain, sur le marché du Vigan, lors d'une "manif de droite".


Nuit Debout à Aumessas - par kvin le 07/05/2016 13:48

prochaine Nuit debout à Aumessas le mardi 10 mai à 18 h place de la gare
Organisons nous!
Commissions et assemblé genérale


Ce vendredi soir au Vigan, la nuit debout a réuni une quinzaine de personnes seulement,  mais à tout de même permis de bons échanges et de mettre en place, concrètement, un groupe d'échanges par mail, pour mieux préparer les prochaines rencontres : ceux qui n'ont pas pu être présents peuvent s'inscrire dès à présent. Il a été beaucoup question des prochains rendez-vous proposés et pour lesquels chacun est invité à mobiliser autour de lui, liberté étant laissée d'y participer à hauteur des ses disponibilités et motivation (le principe étant chacun s'investit à sa guise mais n'empêche pas les autres d'agir).

Voici donc quelques rappels et éléments de programme pour le mois de mai :

- outre la liste d'e-mail pour communiquer en direct, le site  nuitdebout.languedoc-cevennes.info recueille toutes les infos (agenda des rendez-vous) et textes de réflexion et positions des Nuit Debout du pays viganais (Aumessas, Le Vigan, Ganges, Brissac, etc) donc à consulter régulièrement et alimenter en devenant membre ;

- le rendez-vous ND du Vigan est maintenu tous les vendredis : 18h sur les quais, puis 19h au parc des châtaigniers.  Nécessité de s'organiser un minimum pour continuer, en particulier annoncer les ND (affiche) ;

- participation à une rencontre entre les différentes ND citées, le samedi 14 mai en fin de journée à Ganges, devant la mairie ou cour médiathèque (à préciser) afin de partager nos expériences ;

- ce samedi 7 mai, à 10h à la station essence de Super U du Vigan,  rendez-vous pour une nouvelle diffusion du tract de mardi dernier, pour continuer à sensibiliser la population contre le projet de loi travail (texte en fichier joint)

- samedi 14, sur le marché du Vigan le matin, "manif de droite" (venir "Habillé" avec prises de paroles satiriques) : déroulé à préciser ;

D'autres rdv sont prévus : formation à la désobéissance civile (à Brissac par des animateurs avertis), campagne contre les violences policières avec visite à la sous-préfecture au moment de la manif des policiers, réflexion-action sur la grande distribution et son monde (pressions salariales sur employés, producteurs,etc) et un grand projet d'Orchestre Debout à Aumessas

On n'a pas fini d'être Debouts !


nuit debout à GANGES samedi 14 mai à 18 h - par kristofol le 03/05/2016 14:44
Dans le cadre de la JOURNEE INTERNATIONALE des NUITS DEBOUTS les 14 et 15 mai , une NUIT DEBOUT est proposée le SAMEDI 14 mai à 18 h devant la médiathéque et la mairie de GANGES, sur le plan de l'Ormeau , place principale , à côté du monument aux morts .
Contacts préalables au marché de Ganges , les vendredi 6 et 13 mai , entre 11 h et 13 h entre le parc à jeux des enfants et le bar " La poste ".  Face book : Nuit Debout - Ganges - 34 Hérault s

APPEL AU PEUPLE

Mobilisons nous pour le retrait de la loi travail El Khomri.

Aujourd’hui 3 mai, commencent les discussions parlementaires sur la loi travail.

Ce projet ne répond en aucun cas aux problèmes du chômage, de la qualification des jeunes, de la stabilité des emplois. Il sert uniquement les besoins des directions d’entreprises pour satisfaire leur avidité de profits et celle des actionnaires.

Le gouvernement ne nous entend pas

Contraints et forcés, nous appelons aux blocages pour mettre

la pression sur les cols blancs, afin que la pression sociale

change de camp…

Non à la loi El Khomri et à son monde

Pays Viganais CGT- FSU- FCPE- Nuit debout


Mardi 3 mai débute la séance parlementaire consacrée à la discussion du projet de loi Travail El Khomri, qui devrait durer plusieurs jours (5000 amendements).

Une occasion supplémentaire de manifester fortement notre opposition à cet assassinat du code du travail, partout en France.

Rendez-vous mardi 3.04 à 10h devant la mairie du Vigan : action prévue sur le rond point de Pôle emploi.


La question est posée tant au Vigan qu'à Brissac de la position des participants aux Nuit Debout quant à la déclaration des manifestations que nous organisons.

La réglementation générale est assez précise, l'état d'urgence ne fait que donner aux préfets plus de marge de manoeuvre pour interdire les manifs.

Voici quelques éléments légaux pour peser les diverses options, puis copie du courrier de Fabienne qui contredit ces éléments (peut-être une nuance entre espace et voie publiques) :

nouvelle directive de Cazeneuve sur les ND :

Sources : https://www.service-public.fr/associations

Organisation d'un événement ou d'une manifestation sur la voie publique

Vérifié le 08 janvier 2015 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

  • Imprimer Organisation d'un événement ou d'une manifestation sur la voie publique

     

  • Partager Organisation d'un événement ou d'une manifestation sur la voie publique sur Facebook

     

  • Partager Organisation d'un événement ou d'une manifestation sur la voie publique sur Twitter

Si une association veut organiser un événement occupant temporairement le domaine public, elle doit en demander l'autorisation aux autorités compétentes.

Demande d'autorisation

Dépôt de la demande

Un dossier de demande doit être déposé auprès du :

  • maire concerné, lorsque l'événement a lieu pour tout ou partie sur le territoire d'une commune en zone gendarmerie,

  • préfet de département concerné, lorsque l'événement a lieu pour tout ou partie sur le territoire de communes en zone police nationale,

  • du préfet de police, en joignant en plus un dossier spécifique, lorsque l'événement a lieu pour tout ou partie à l'intérieur de Paris,

Le dépôt doit être fait dans des délais permettant son instruction et au plus tard 3 joursfrancs avant la manifestation (même en cas d'urgence).

Contenu du dossier

L'association doit transmettre :

  • une lettre de demande d'occupation temporaire du domaine public, qui précise le but de la manifestation, l'emplacement (ou les emplacements) de la manifestation et le nombre de personnes attendues,

  • une liste des membres de l'équipe d'organisation (précisant pour chaque membre son prénom, son nom et son domicile),

  • l'itinéraire si l'événement implique le déplacement de personnes (défilé, cortège, etc.). En cas de passage sur des terres ou terrains appartenant à une personne privée, les accords écrits des propriétaires doivent être présentés.

La lettre doit être signée :

  • par le président ou par un membre de l'association ayant reçu délégation,

  • et par 3 responsables de l'organisation de l'événement, domiciliés dans le département où la manifestation commence.

Instruction de la demande d'autorisation

Sécurité des participants et du public

L'autorité publique vérifie que l'association :

  • fait preuve de bon sens dans la conception de l'événement pour assurer la sécurité des biens et des personnes,

  • fait attention à ce que le secours reste facile à apporter (relation avec les pompiers, mise en place éventuelle d'un poste de secours, etc.),

  • démontre que les installations éventuellement prévues (tentes, enceintes, gradins, scènes, manèges, etc.) répondent toutes aux obligations légales et réglementaires.

Remise en état

L'association doit prendre les mesures utiles pour être certaine de laisser le domaine public dans le même état que celui dans lequel il se trouvait avant le début de l'événement.

Aide des pouvoirs publics

Les administrations peuvent apporter leur soutien technique (prêt de matériel, mise à disposition de personnels techniques, prêt de salles, etc.). Les forces de police ou de gendarmerie peuvent contribuer à la concrétisation des dispositifs de sécurité.

  Attention :

le concours des pouvoirs publics est parfois facturé à l'association.

Assurances

L'autorité peut demander à ce que l'association prouve qu'elle a pris toutes les garanties d'assurance utiles.

Décision des autorités

Autorisation conditionnelle

L'autorisation peut être donnée si un certain nombre d'engagements est respecté (paiement d'une redevance, modification du parcours, changement d'horaires, etc.). 

Interdiction

L'interdiction ne peut être motivée que par le maintien de l'ordre public.

  À savoir :

le fait d'organiser une manifestation publique sans autorisation ou d'avoir faussé une déclaration pour obtenir l'autorisation est puni de 6 mois d'emprisonnement et de 7 500 € d'amende.

Contestation de la décision

La contestation d'une autorisation conditionnelle ou d'une interdiction s'effectue par le dépôt d'une requête devant le juge administratif.

La requête peut être accompagnée d'un référé-injonction permettant l'examen du recours en moins de 48 heures.

En ce qui concerne l'état d'urgence, il renforce ces dispositions en laissant aux préfets le soin d'évaluer les mesures à prendre :

Rappelons que l'état d'urgence a été instauré par la loi du 3 avril 1955, révisée par la loi de renseignement de mars 2015 :

Il est déclaré par décret en conseil des ministres et ne peut être prolongé au-delà de douze jours que par la loi.

La déclaration de l’état d’urgence donne pouvoir aux préfets de département :

  • D’interdire la circulation des personnes ou des véhicules dans les lieux et aux heures fixés par arrêté ;

  • D’instituer, par arrêté, des zones de protection ou de sécurité où le séjour des personnes est réglementé ;

  • D’interdire le séjour dans tout ou partie du département à toute personne cherchant à entraver, de quelque manière que ce soit, l’action des pouvoirs publics.

Le ministre de l’intérieur, pour l’ensemble du territoire, et le préfet, dans le département, peuvent :

  • Ordonner la fermeture provisoire des salles de spectacles, débits de boissons et lieux de réunion de toute nature ;

  • Interdire à titre général ou particulier les réunions de nature à provoquer ou entretenir le désordre.

Le décret déclarant ou la loi prorogeant l’état d’urgence peuvent :

  • Conférer aux autorités administratives le pouvoir d’ordonner des perquisitions à domicile de jour et de nuit ;

  • Habiliter les mêmes autorités à prendre toutes mesures pour assurer le contrôle de la presse et des publications de toute nature ainsi que celui des émissions radiophoniques, des projections cinématographiques et des représentations théâtrales.

Christiane Taubira, garde des Sceaux, ministre de la Justice a adressé à tous les procureurs une circulaire détaillant le cadre juridique de l’état d’urgence déclaré, à compter du 14 novembre 2015 et pour une durée de 12 jours sur le territoire métropolitain et la Corse.

La circulaire de la garde des Sceaux rappelle la mobilisation de l’autorité judiciaire et détaille la nature des infractions spécifiques et les réponses qu’il convient d’apporter. Elle précise les modalités des perquisitions administratives et leur articulation avec les procédures judiciaires. Les préfets sont autorisés à prendre les mesures adaptées à la situation de leur territoire : perquisitions, fermeture de certains lieux publics, interdiction des réunions de nature à provoquer des troubles de l’ordre public. Les arrêtés pris par les préfets sont directement communiqués aux procureurs (communiqué de presse Attentats terroristes du 13 novembre 2015)

Retrouvez les deux décrets autorisant les mesures prévues à l'article 5 de la loi du 3 avril 1955 susvisée, qui sont applicables à l'ensemble du territoire métropolitain et les mesures mentionnées aux articles 6, 8, 9 et au 1° de l'article 11 de la loi peuvent être mises en œuvre sur l'ensemble des communes d'Ile-de-France.

Décret n° 2015-1475 du 14 novembre 2015 portant application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955

et le Décret n° 2015-1476 du 14 novembre 2015 portant application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955, ainsi que son modificatif du même jour Décret n° 2015-1478 du 14 novembre 2015 modifiant le décret n° 2015-1476 du 14 novembre 2015 portant application de la loi n° 55-385 du 3 avril 1955

et la Circulaire du 14 novembre 2015 relative aux jours de deuil national en hommage aux victimes des attentats commis à Paris le 13 novembre 2015

(Mise à jour du 16 novembre: il a été annoncé par le Président de la République devant le Congrès réuni à Versailles ce 16 novembre un projet de loi prorogeant de 3 mois cet état d'urgence, étant précisé que seule une loi peut en effet prolonger cet état d'urgence limité à 12 jours)

ainsi que l'arrêté n°2015-0896 du 14 novembre 2015 en fichier Pdf

ELEMENTS ENVOYES PAR FABIENNE

Voici les nouvelles du copain concernant les rassemblements.

On peut adresser une info au maire ou au sous-préfet pour la forme sans obligation quelconque.

Effectivement, il confirme ce que j’avançai hier soir, il n’y a pas besoin de déclaration en sous-préfecture (ni en mairie) puisque nous ne manifestons pas sur la voie publique et ne gênons pas la circulation.

La seule chose qui peut nous être opposée, c’est l’état d’urgence.

Les rondes se feront parce que les gendarmes doivent communiquer sur le déroulement du rassemblement, infos qui sont ensuite centralisées et qui servent à recevoir les ordres d’en haut « si nécessaire »…

Par ailleurs, vous pouvez consulter le montant des indemnités des élus ici : http://www.collectivites-locales.gouv.fr/regime-indemnitaire#Indemnit%C3%A9s%20de%20fonction%20brutes%20mensuelles%20des%20adjoints

Vous verrez qu’un-e adjoint-e d’une municipalité comparable au Vigan touche 836.32 €

+ une majoration de 20% dès lors que la municipalité siège dans une sous-préfecture.


DébutPrécédent [ 1 2 3 ] SuivantFin
Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles
 
Recherche